Sucre: le mot qui rend malade et qui tue!

Vous avez besoin de sucre?

D’abord, vous aimez le sucre? De plus, vous avez besoin de votre petite dose en fin de repas? En effet, c’est plus fort que vous, votre corps l’exige. Il en veut que du sucre soit en contact avec vos papilles gustatives? Et après coup, regrettez-vous d’avoir encore une fois succombé à cette douceur qu’est le sucre? Je comprends ce que vous pouvez vivre ayant moi-même déjà passé par là!

Sachez que la dépendance au sucre n’est pas qu’un simple manque de motivation! C’est beaucoup plus que cela! C’est une réelle dépendance qui affecte beaucoup de gens. Il est beaucoup banalisé dans nos sociétés. On n’a aucune idée de l’effet réel que celà a sur notre santé à moins de l’éliminer complètement! Mais c’est vrai que c’est tout un défi de s’en défaire de nos jours! Aussi, même les sucres naturels consommés en grande quantité (sauf avec les fruits frais) peuvent développer une dépendance!

Les temps ont changé…

Le monde moderne dans lequel on vit maintenant nous a immergé d’aliments transformés contenant beaucoup de sucre. Nous nous sommes habitués à ce goût sucré et on ajoute du sucre presque dans tout! Même les sauces, les potages des grands restos sont dorénavant sucrés, ce qu’on voyait peu il y a 60 ans! Notre consommation de sucre est environ 20 plus importante que nos besoins physiologiques! Notre consommation est tout simplement démesurée!

Il y a des moyens de diminuer la dépendance et même de l’éliminer complètement! C’est un processus. Et ayant moi-même éliminé complètement le sucre raffiné, je peux dire que je n’aime plus du tout les aliments trop sucrés. Maintenant je mange que des sucres naturels en petites quantités et seulement qu’à l’occasion. Un peu plus loin, je vais vous partager des astuces pour y arriver.

 

Quelles sont les différentes sources d’aliments contenant du sucre?

Les fruits et le miel: Leur forte teneur en fructose (sucre simple) offre l’avantage qu’il est assimilé plus lentement que les autres sucres simples comme le glucose qu’on retrouve dans le sucre blanc. C’est aussi beaucoup grâce aux fibres dans les fruits que l’absorption du fructose se fait graduellement et que la sensation de satiété se fait sentir.

Les légumes et le lait: Pour ce qui est des légumes, la majorité ont les mêmes composantes de sucre que les fruits mais avec des ratios différents. Quand au lait, ils contiennent surtout des sucres simples appelés lactose (sucre simple).

Légumineuses, céréales, pomme de terre et certains fruits (banane, dattes): La majorité des gens ne se doutent pas consommer des sucres quand ils mangent des pâtes, du pain, des légumineuses ou des céréales, mais c’est bien le cas! Les légumineuses, céréales et pomme de terre, bananes et dattes font partie des sucres complexes à cause de leur teneur en sucres d’amidon. L’avantage avec ces sucres est que leur assimilation est lente à cause de la structure complexe des molécules de sucre mais aussi à cause de leur teneur en fibre qui procure la satiété.

Ce qui est très important de savoir avec les céréales, c’est que dès qu’elles subissent une transformation pour devenir farine, elles perdent leur enveloppe qui détient le son contenant la fibre, mais aussi le germe qui est riche en vitamines et minéraux. Seule la partie sucrée (amidon) demeure dans la farine, surtout la farine blanche et cette transformation augmente la concentration en sucre causant des problèmes glycémiques. Ce n’est plus un aliment de choix. Les céréales se doivent d’être mangées à leur état naturel, c’est-à-dire, en faisant cuire la céréale entière.

Autres sources:

Autres bon sucres naturels: Ces sucres sont très concentrés et ils doivent être consommés de façon raisonnable afin d’éviter des problèmes avec la production d’insuline. Exemples: sucre de coco, sirop d’agave, sucre de canne de sucre complet, sirop d’érable, xylitol, stévia.

Mauvais sucres à éviter: Ces sucres sont transformés et raffinés. Ils sont très nocifs pour le corps et créent des dépendances importantes pouvant mener à de graves problèmes de santé, dont le cancer. A proscrire de l’alimentation: sucres blanc, sirop de maïs, cassonade, sucre à glacer et aussi les édulcorants de synthèse comme l’asparthame (Splenda, Egal,NutraSweet…)

 

Êtes-vous dépendant au sucre?

La dépendance au sucre ne se manifeste pas sans symptômes. Il est donc très facile de la déceler en observant ce que le corps manifeste. Les symptômes les plus courants observés chez les dépendants au sucre sont:

  • Toujours fatigué
  • Difficulté à se lever le matin
  • Nécessité d’un café pour démarrer la journée
  • Somnolence en après-midi
  • Insomnie
  • Palpitations cardiaques
  • Dépression
  • Anxiété
  • Digestion difficile
  • Douleurs constantes
  • Sudations
  • Faim ou soif excessive
  • Tremblements
  • Manque de concentration
  • Maux de tête
  • Idées embrouillées
  • Grossis facilement
  • Difficulté à perdre du poids
  • Difficulté à refuser des aliments sucrés
  • Nécessité d’une collation sucrée avant de se coucher

Cinq de ces symptômes suffisent pour croire à la dépendance au sucre.

 

sucre

Pourquoi parle-t-on de dépendance? 

Selon l’Institut du Coeur à Kansas City aux États-Unis, le corps développerait une dépendance plus grande au sucre blanc qu’à la cocaïne! Ils viennent tous deux du même procédé où des cristaux blancs sont extraits de la canne à sucre et de la feuille de coca. Une expérience sur les rats a démontré que lorsqu’on donne du sucre blanc aux rats qui sont déjà sur la cocaïne, ils quittent la cocaïne pour se tourner vers le sucre. Les humains sont naturellement attirés par le sucre et pour cause, le sucre permet au corps de le transformer en gras lors de périodes de survies. Mais dans l’ère moderne dans laquelle on vit, ce n’est pas nécessaire de se faire des réserves.

D’abord, les problèmes de dépendance quels qu’ils soient se situent principalement au niveau neurologique. En effet, quand on mange beaucoup de sucre, le corps va sécréter une grande quantité de dopamine qui active le plaisir. A trop en consommer, la neurochimie du cerveau va se modifier. Finalement, avec le temps, la personne va expérimenter un épuisement des neurotransmetteurs dopamine et de la sérotonine.

Ainsi, la personne commencera à changer de caractère et sa santé globale sera affectée par des risques cardiovasculaires, le diabète et/ou la prise de poids. De plus, il n’est pas rare de constater que des symptômes de TDAH (Trouble du déficit d’Attention avec ou sans hyperactivité) apparaissent ensuite. Il semble que même  des problèmes émotionnels, interpersonnels, difficultés d’attention, de concentration et d’écoute, dépression et/ou manque de motivation s’ajoutent très souvent aux problèmes.

Autres conséquences:

D’abord, en présence d’une très grande quantité de la dite substance dans le sang, le pancréas doit travailler en excès afin de libérer une grande quantité d’insuline. D’abord et avant tout, l’objectif est de stabiliser le taux de sucre sanguin. Avec le temps, le pancréas finit par s’épuiser et ne parvient plus à produire des niveaux d’insuline suffisants pour stabiliser la glycémie. Le diabète est alors sur le point de se manifester.

De plus, le sucre est l’aliment de prédilection pour développer le candida albican. Le candida est une forme de levure provoquant des infections fongiques et beaucoup de déséquilibres au niveau du corps. Il est important d’éviter son développement.

Aussi, les études démontrent que le sucre est plus dangereux que le sel quand vient le temps de parler de la santé cardiovasculaire. Il y a plus de risque de faire de l’hypertension en mangeant trop de sucre que du sel. Aussi, on est maintenant en mesure de démontrer que le sucre serait en cause dans les cas de cholestérol contrairement à ce que l’on pouvait croire.

Le sucre étant toxique, trop en consommer affaiblit le système immunitaire et l’efficacité des globules blancs à faire leur travail de défense du corps.

 

Comment éliminer la dépendance au sucre? 

  • Premièrement, vider complètement le garde-manger et le réfrigérateur d’aliments sucrés, raffinés et à faible valeur nutritive. Cela évite de succomber à des rages de sucre éventuelles.
  • Aussi, éliminer complètement la consommation des sucres nocifs qui causent d’importantes dépendances. Ainsi, on y retrouve les faux-sucres, les sucres raffinés et transformés tels le sucre blanc (boissons, gazeuses, sucreries, desserts), la cassonade, le sirop de maïs et les édulcorants (Splenda, NutraSweet, Égal…)
  • De plus, tout ce qui est fait à base de farine est préférable d’être éliminé. Pour cause, seule la partie sucrée du grain de céréale (amidon) demeure après la transformation des grains en farine. Des déséquilibres de la glycémie peuvent s’ensuivent. Ainsi, il faudrait éliminer: pain, muffins, croissants, bagel, pâtes, pâtisseries… Par contre, les sucres naturels non transformés et entiers sont alors intéressants à considérés tels les légumineuses (lentilles, haricots rouges, noirs, pois chiches) grains de céréale entiers (quinoa, millet, sarrazin, riz brun, riz sauvage)
  • Ainsi donc, les sucres naturels deviennent de bons substituts mais les quantités doivent être minimes car c’est du sucre concentré. On compte le miel, le sucre de canne 100% pur, sucre de canneberge, sirop d’érable, stévia.
  • Également, limiter temporairement la quantité de fruits (max 2/jour) jusqu’à ce que le pancréas retrouve son équilibre dans sa production d’insuline.
  • Par conséquent, il est logique d’éliminer la consommation d’alcool car sa teneur en sucre est élevée et est assimilé rapidement dans le sang. D’ailleurs, il est raisonnable de croire que l’alcoolisme survient suite à un problème de glycémie. Presque tous les alcooliques sont hypoglycémiques.
  • Aussi, se supplémenter temporairement avec du chrome. Le chrome est le principal minéral qui soutient la santé du pancréas, régule la glycémie et apaise les envies de sucre.

Autres recommandations:

  • De plus, un bon supplément d’algues comme le varech ou mousse d’Irlande qui va renforcer les glandes thyroïdes et parathyroïdes avec sa teneur en iode. Ces glandes aident au bon métabolisme et à maintenir les niveaux de calcium adéquat dans le corps.
  • Et aussi, se supplémenter temporairement avec un bon complexe de vitamines B et des herbes telles l’ashwaganda, l’astragale, la réglisse et le ginseng coréen afin de renforcer les glandes surrénales et soutenir la production de neurotransmetteurs.
  • Un traitement anti-candida deux fois par an est tout à fait indiqué. La cure Candida Clear (Search 958-7) de Nature’s Sunshine est tout indiquée.
  • Manger beaucoup de fibres, surtout des légumes car ils permettent d’aider à ralentir l’assimilation rapide des sucres que vous pourriez encore consommer.
  • Boire beaucoup d’eau afin de permettre au corps de bien se nettoyer.
  • Faire de l’exercice. L’activité physique fournit de l’énergie et régularise la production d’insuline.
  • Finalement, se brosser les dents tout de suite après le repas principal aide à ne pas manger davantage, surtout du sucre.

De plus, pour ceux qui ont des intolérances au gluten, il est primordial d’éliminer tout produit transformé avec mention “sans gluten”. Le problème avec ces produits c’est que les aliments contenant du gluten sont substituées par des ingrédients à très forte teneur en sucre tels l’amidon de pomme de terre, le maïs, la farine de tapioca…

 

À quoi s’attendre comme réaction?

D’abord, il ne faut pas s’attendre à se sentir mieux dès que les sucres sont retirés de l’alimentation. La dépendance au sucre étant probablement pire que la dépendance aux drogues telles la cocaïne. Donc, il faut s’attendre à des réactions physiques, émotionnelles et mentales désagréables mais passagères. C’est normal, puisqu’il y a une période de sevrage. Voici les symptômes de sevrage qui peuvent survenir:

  • Maux de tête
  • Tremblements
  • Difficulté de concentration
  • Vertiges
  • Anxiété
  • Troubles du sommeil
  • Sudations
  • Agressivité

 

Patiente et détermination!

De plus, le goût de manger du sucre ne s’élimine pas du jour au lendemain. Il est important de persévérer dans le processus et traverser cette difficile phase de détoxication. Cette période est essentielle pour purifier le corps de cette “drogue”. Environ quatre semaines sont nécessaires pour nettoyer le corps de ces agents toxiques qu’est le sucre dans le corps. La persévérance est nécessaire et le support des proches est primordial car cette démarche peut être difficile. Mais il faut garder espoir car lorsque le corps a terminé ce grand nettoyage, la personne se retrouve complètement changée pour le mieux à plusieurs niveaux. Aussi, le goût du sucre s’atténue pour laisser place à un goût pour des aliments sains et très nutritifs pour le corps.

 

Passez à l’action!

Osez dès maintenant couper tous les sucres ou du moins diminuer! Le faire entre amis ou en famille est une excellente idée car on obtient l’encouragement et le soutien des autres. Même sans excès de poids, un excellent programme de perte de poids basé sur le changement de mode de vie et une santé alimentation sans sucre est de mise. Vous êtes invités à participer à un tel programme en cliquant ce lien: Programme de Poids Santé

Il semble que manger du sucre est socialement accepté et même encouragé quand on y pense. Toutes les fêtes, commerciales ou non, ont toujours leur part de sucre qui abonde soit en desserts, friandises, alcool, etc. Il faudra un jour s’interroger sur l’effet que ce poison a comme conséquences sur nos civilisations. Il y a un prix énorme à payer à se sucrer la dent. La sensibilisation et l’information qui circulent à propos du sucre sont trop timides à dénoncer les effets réels sur la santé.

Finalement, c’est mon humble avis de croire que le problème du sucre touche TOUT LE MONDE! Et il me semble que les enfants devraient être protégés dès leur naissance. Ils devraient  avoir des droits pour assurer la préservation de leur santé globale. La santé est un besoin de base au bon développement de l’enfant et aussi de la société. Cette substance nocive hypothèque la vie des gens. Condamnons ce poison!

 

Par Caroline Huppé, n.d.

 

Références: Dr James DiNicolantonio, Heart Institute in Kansas City

http://mpronovost.profweb.ca/BIONP1/bionp1_molecules_glucides.html

 

 

 

Contact

Caroline Huppé Naturopathe

Boisbriand,
Québec, Canada

+1 (514) 462-9400

huppe@carolinenaturopathe.ca

Share This